PrésentationListe des servicesTroubles anxieuxBénévolat

(( précédent () suivant ))

2-Trouble obsessionel-compulsif

Définition :
Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) se définit par la présence d’obsessions et/ou de compulsions.

Les obsessions sont des pensées, des images, des pulsions ou des doutes indésirés et très envahissants et de contenus différents. Les obsessions s’imposent à la pensée et créent une détresse et une anxiété que la personne cherchera à dissiper par des stratégies ou des gestes farfelus mais incontournables.

Les compulsions sont ces gestes que la personne pose dans le but de soulager le malaise causé et se sent obligée de les faire à plusieurs reprises.Les combinaisons souvent observées sont :

a) obsession de contamination (peur d’attraper un virus) et compulsions de nettoyage (se laver les mains 50 fois par jour) ou d’évitement (éviter les endroits où le virus pourrait exister) ;
b) obsession face à la peur de faire des erreurs (ai-je bien fermé la porte) et compulsions de vérification (vérifier de façon répétée si la porte est bien fermée) ;
c) obsession de la symétrie et de la précision (la place des objets dans une pièce) et compulsion de lenteur à placer l’objet ou le replacer de multiples fois afin de s’assurer qu’il est bien à sa place.

Les obsessions peuvent aussi exister sans compulsion. La présence du TOC crée un sentiment d’insécurité et d’angoisse très souffrant. Attention à ne pas confondre avec les petites manies que nous avons tous.

Les origines :

Différentes hypothèses sont avancées :

Hypothèse biologique : des anomalies neurologiques entraînant des dérèglements dans la transmission de l’information d’une cellule à l’autre (neurotransmetteurs.

Hypothèse psychologique : elle repose sur la perception qu’ont les gens de leurs pensées obsédantes et à ce qu’ils font avec ces pensées. Un sentiment de responsabilité trop élevé face à l’objet de l’obsession en croyant que quelque chose de grave pourrait arriver et qu’ils en seraient tenus personnellement responsable.

Quelle forme d’aide recevoir en premier lieu ?
Pour ce trouble anxieux la médication s’avère souvent très utile (dose élevée et 10 à 12 semaines d’attente pour noter des changements ou l’absence de réponse) et doit être associée à la thérapie cognitive-comportementale. Le but est d’aider la personne à interpréter ses obsessions d’une façon moins menaçante et de mettre fin aux tentatives de neutralisation des pensées obsédantes.
Une bonne dose de motivation et d’implication de la part de la personne est nécessaire.

 

(( précédent () suivant ))

Vous pouvez télécharger la version PDF imprimable : Les troubles anxieux (.pdf 140 kb)


Des commentaires? écrivez nous

 

 

 
Logo_centraide

Suicide Mythes et Réalités